JANVIER GELÉ

Branches d’arbre gelées

L’an dix-neuf commence à peine et les clameurs du monde s’élèvent déjà. Joie, rage, désespoir, bruit, fureur. Partout hommes, femmes et enfants luttent pour leur survie pendant que d’autres revendent leurs cadeaux de Noël, espérant les convertir en espèces sonnantes et trébuchantes. J’ai été choquée par la réaction d’une de mes jeunes élèves. Lors de mon dernier cours de décembre j’ai demandé aux enfants de faire des cartes de Noël. La petite fille en question a refusé. Je lui ai demandé : n’aimes-tu pas recevoir des cartes pour Noël ? Elle m’a répondu que non, car seul l’argent l’intéressait. À neuf ans. Sans doute fera-t-elle partie plus tard de ceux qui revendent les cadeaux du coeur.

Et si, au lieu d’offrir des objets technologiques qui polluent la planète, nous choisissions de les réaliser nous mêmes ? Offrir un pot de confiture maison, un dessin, un album photo, le tout emballé dans un paquet cadeau en tissu recyclable, bien sûr. Et pour ceux qui sont un peu moins habiles de leurs mains ou n’ont pas le temps, une oeuvre d’art ou un livre. La plupart des artistes luttent pour survivre et doivent prendre un autre métier pour financer leur art. Une oeuvre originale ne coûte pas plus cher qu’une reproduction dans un cadre décoratif. Acheter de l’art, c’est aider un artiste à se lancer. Et ça peut rapporter gros !

Vous me direz que je prêche pour ma paroisse, et vous aurez bien raison. Mais parfois la vie nous pousse à réfléchir. Depuis quelques jours nous vivons une ère glaciaire qui fige tout sur place. Le gel a tout envahi : arbres, maisons, voitures, tout est glacé. Pour un peu, on se croirait dans le Docteur Jivago.

Le palais gelé du film Le Docteur Jivago

À l’image de ma propre vie en ce moment … Je souffre de ce que l’on appelle communément le syndrôme de l’épaule gelée, suite à une chûte de cheval. Ce n’est pas grave, mais la récupération est longue et douloureuse. Je suis donc au repos forcé. Dur pour une active comme moi ! Heureusement, il me reste la marche (quand il n’y a pas trop de glace au sol) et la peinture. Mon épaule gelée ne m’empêche ni de peindre ni d’écrire, heureusement. Et je ne m’en prive pas !

Janvier s’annonce tout aussi gelé que décembre. Vivre au ralenti n’est pas une si mauvaise chose finalement. Cela m’a amenée à réfléchir sur les priorités de la vie. Et la course à la consommation n’en fait définitivement pas partie. Une vidéo sur laquelle je suis tombée cette semaine m’a choquée, un peu comme la petite fille qui voulait de l’argent à Noël. Il s’agit d’ Anthropocène : une expo au musée des beaux-arts d’Ottawa sur l’impact de l’empreinte humaine sur Terre. L’expression utilisée me heurte : «consommer de l’art». L’art ne se consomme pas, il se vit et se partage. Point. C’est encore une expression à la noix pour faire fuir le grand public. Les gens vont de moins en moins au cinéma parce que ça coûte cher (moi la première). Alors si on leur dit d’aller au musée pour consommer, comprenez « dépenser de l’argent », ils vont y aller encore moins qu’au cinéma. L’art fait peur. Au lieu d’ajouter la barrière de la consommation, ne pourrait-on pas plutôt ouvrir les portes des musées et les rendre accessibles à tous ? Enfin, c’était une idée comme ça.

L’art, c’est tout sauf de la consommation. Je me bats au quotidien pour rendre l’art et la culture accessibles à tous, pour donner envie aux gens d’entrer dans un atelier d’art et de prendre leurs pinceaux pour faire de l’art. L’ Association culturelle dont je m’occupe offre un atelier gratuit à ses membres. Tous peuvent venir y travailler, 7 jours sur 7. Avoir un espace de création, c’est un privilège rare de nos jours.

L’art ne se consomme pas. Il n’est pas question de créer l’oeuvre du siècle du premier coup, mais de se faire plaisir en jetant des couleurs sur une toile ou en mettant les mains dans la terre. C’est aussi simple que de faire de la confiture. D’ailleurs, cela fait partie de mes bonnes résolutions de l’année, avec le yaourt (ou yoghourt, comme on dit ici).

Sur ces bonnes paroles, bonne année 2019, les amis ! Et n’oubliez pas de faire de la confiture. Ou de la peinture à l’huile (c’est pas difficile).


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.